C’est moi que tu traites de grosse?

Posté dans Développement personnelY'a comme un hic

C’est moi que tu traites de grosse?

J’ai lu un article aujourd’hui sur l’utilisation du mot « fat » (gros en anglais) et j’ai eu envie d’en parler. Ce n’est que ma vision des choses.

Que l’on soit grosse ou mince ou maigre, nous nous sommes toutes au moins une fois demandées si attribuer l’adjectif « grosse » à quelqu’un serait pris comme une insulte ou pas. Il fût un temps, j’aurais dit certainement. Pour moi le mot « grosse » et également l’intonation avec laquelle il était souvent prononcé, était immédiatement considéré comme une insulte. L’explication est simple, je ne voulais pas être traitée de grosse parce que c’était un défaut et que les enfants en primaire ou au collège se moquaient des gros. Pourtant je l’étais. Je trouvais que je l’étais et le dictionnaire le confirme.

Définition du terme gros:

  • Qui dépasse la moyenne de sa catégorie, en volume, en épaisseur :Un gros fruit.
  • Qui a un certain volume relatif, qui est de grande taille par rapport à d’autres ou au reste : Tenir un bâton par le gros bout.
  • Qui est plus large et plus gras que la moyenne ; corpulent : Le gros homme prenait toute la place.
  • Qui est plus large que la moyenne ou que le reste du corps : Avoir de gros bras.
  • Qui dépasse la mesure prévue ou indiquée : Donnez-moi un gros kilo de pommes.
  • Se dit d’un organe dont le volume est relativement ou anormalement supérieur à la moyenne

Je me rappelle l’époque où mes copines jouaient à trappe-trappe bisous, j’avais déjà le sentiment que personne ne voulait m’attraper parce que j’étais grosse. J’étais toujours celle à qui on disait : « non mais toi t’es mon amie ». Vous savez, la bonne amie avec qui l’on envisagera jamais plus, même pas un simple bisou pour s’amuser. C’est un souvenir assez traumatisant même si maintenant la question que je me pose c’est pourquoi est-ce qu’en primaire on jouait à trappe-trappe bisous?

elephantmum

Souvenir d’enfance, ce dessin m’était adressé avec: « perds 8kg, je suis sûre que ce dessin te fera faire des efforts ».

Bref, tout ça pour dire que mon anxiété face au mot « grosse » remonte à loin. Les gros étaient ceux qui se faisaient embêter, ceux à qui l’on donnait des surnoms, ceux dont on ne voulait jamais dans son équipe en cours de sport. J’entends encore les surnoms que l’on a pu me donner. Ça allait du « gros dos » au « pomme de terre Vico », en passant par « au saumon mon préféré« (oui, ça a bien un rapport avec la pub Apéricube). Mon père avait également l’habitude de me demander de faire un régime lorsque j’étais au collège. Et aujourd’hui ma coiffure me vaut le nom de Effie White ( Jennifer Hudson dans Dreamgirls, ce n’est bien évidemment pas un hasard). Maintenant j’en rigole mais il a fallu beaucoup de temps, de recul et de compliments surtout ceux venant de ma famille pour que j’arrête de faire tout un drame du mot « grosse ». Je commence à accepter la manière dont les gens me voient. Je parle bien sûr de ceux qui m’apprécient. Et je m’habitue également tout doucement à me considérer comme grosse.

C’est toujours délicat pour la personne qui nous parle, d’oser prononcer ce mot pour nous désigner. Pour autant, la gène peut s’en aller si l’on ose le dire soi même et mettre à l’aise la personne en face de nous. Si vous vous considérez comme grosse, n’en ayez pas honte. Je pense qu’il faut se dire qu’une personne bien pensante peut trouver que vous êtes grosse et peut-être même oser vous le dire. Lorsque cela arrive,  il faut savoir faire la part des choses. Quand on utilise cet adjectif on parle de l’enveloppe, de la corpulence et non pas de la personne que vous êtes. Le terme gros ne vous définit pas.  Il y aura toujours des personnes qui le diront dans l’intention de dénigrer mais si l’on accepte notre apparence ces mots n’auront plus aucun impact.

dreamgirls

Anika Noni Rose ( gauche), Jennifer Hudson (centre), Beyonce Knowles Carter (droite)

Mais j’imagine que beaucoup de femmes et d’hommes n’en sont pas encore à ce point et trouvent cette appellation négative. Je cherche encore mes mots quand je dois parler d’une personne ou d’une marque pour les rondes. Je me demande quelle sera la réaction de la personne avec laquelle je parle en fonction du terme que j’emploierais. Est-ce qu’il faut dire enrobée, forte, ronde, pulpeuse, voluptueuse, avec de l’embonpoint, obèse? Est-ce que dire une marque pour les femmes qui sont grosses est péjoratif? Doit-on vraiment utiliser un mot précis? Si l’on se fie à la mode, au dessus d’un 38 on est grosse. Si l’on se fit à la majorité de la population, jusqu’au 42 on est rond et au dessus on est grosse. Peu importe, dès lors que l’on sort des standards de mode on est facilement assimilé à quelqu’un de gros. Alors pourquoi dans une discussion qui ne nécessite pas de détail devons nous pinailler avec tous ces termes. Je me demande également si c’est parce que la langue française est riche que nous devrions précautionneusement choisir un adjectif approprié. Ce qui n’est pas applicable aux Etats-Unis à cause du vocabulaire restreint qui contraint à dire « fat » ou « big » dans presque tous les cas de figure, si l’on oublie les termes plus sexy comme « Plus size » ou « curvy ».

Je sais que ce combat sur l’acceptation et les termes employés n’est pas près de s’arrêter. Malheureusement on ne change pas les façons de penser et les habitudes en claquant des doigts. Cependant, rien ne nous empêche de prendre de la distance avec les mots et de commencer par soi avant d’attendre le changement des autres.

Parfois, je pense que si tout le monde arrêtait de complexer avec ce mot, cela nous rendrait la vie plus facile. Je suis des vlogueuses américaines qui sont fatiguées de tous ces termes et qui clairement veulent appeler un gros un gros. Elles se considèrent comme grosse et n’ont pas peur de le dire et de l’entendre car c’est ce qu’elles sont. C’est ce que la société dit qu’elles sont. J’ai tendance à comparer ça aux personnes qui préfèrent dire « je fais du travail au black », « tu sais c’est le grand black »… pour éviter de dire noir comme si le fait de le dire serait mal vu. Au moment même où la personne prononce le mot black la première chose qui me vient à l’esprit c’est pourquoi il/elle dit pas noir. Si les gens disaient nègre, sachant l’historique de ce mot, effectivement il y aurait de quoi se poser des questions mais avec le mot noir ce n’est pas le cas.

Voici une vidéo (en anglais, désolé) fun sur 6 choses que seuls les gros comprennent, dont le fait que les gens ont peur de dire que tu es gros (se)
  1. Les escalators sont vos ennemis! On a intérêt à jauger rapidement si on peut monter ou si l’on risque de déclencher l’alarme.
  2. Etre essayé d’être casé par les autres ça craint! Souvent les personnes pensent que les grosses doivent se mettre avec des gros ou des noirs.
  3. Tu ne peux pas apprécier la nourriture! Les gens pensent automatiquement que tu fais un régime si tu manges light ou que l’explication de ton surpoids est logique si tu manges des sucreries ou des choses pour te faire plaisir.
  4. Il n’y a rien de plus compliqué que la mode! Impossible de porter des marques qu’on aime, problème de longueur, de largeur, de motifs, de couleurs, de taille…
  5. L’activité physique! Les gens vous félicitent de faire l’effort d’en faire :/
  6. Les personnes ont peur de vous qualifier de gros! Les personnes grosses savent qu’elles sont grosses, il n’y a aucune raison de jongler avec les mots pour le dire. Elles savent aussi que ce mot ne les résume pas.

A la rigueur en France on pourrait employer le terme « ronde ». C’est celui qui serait peut-être le plus neutre et plus approprié que les expressions « Grandes tailles » ou « Plus size » aux Etats-Unis, même si pour moi cela est une pure invention du marketing. « Plus size » est un mot plus sexy que « fat ». Alors si les américaines peuvent accepter le mot « fat » pourquoi on ne ferait pas de même avec le mot « grosse »?


gabi gregg swimsuits for all

Collection de Gabi gregg pour Swimsuits for All

Il y a également eu polémique sur le mot « fatkini » qui désigne un maillot de bain pour les femmes grosses. Est-ce que pour vous cela a une utilité? Pour moi ce terme a juste servie à faire du buzz. Si il est utile pour la marque qui l’a lancé je pense qu’on devrait seulement l’utiliser dans ce cadre là. Je ne pense pas qu’il doive désigner tous les bikinis de grande taille. Ce serait ridicule de faire une nouvelle catégorie alors qu’on essaie de briser les frontières qu’a construit la mode. Il n’y a pas de slimkini* ou d’autre mot de ce genre pour désigner les maillots pour taille fine alors il n’y a aucune raison de créer un mot pour désigner les maillots de grande taille. Le bikini est un bikini qu’il soit en taille 36 ou 70.

*Rq: la marque Ujena a décidé d’appeler deux de ses maillots slimkini mais selon elle c’est pour désigner le fait qu’il y ait juste assez de tissu pour se sentir sexy, affiner la taille et ne pas se sentir trop couverte.

Quel est votre avis sur le sujet? Est-ce que vous trouvez le mot « gros » négatif et insultant ou au contraire est-ce que vous l’assumez? Comment aimez-vous être appelée? Comment réagissez vous face au vocabulaire marketing de la mode?

Comments

commentaires

Il n’y a pas d’avis client

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Que recherchez-vous ?

Panier